Vous êtes ici : Accueil » Blog » Le syndicat laisse faire jusqu’au jour fatidique du 27 octobre
ActualitésConakryEconomieGuineePolitiqueSociéte

Le syndicat laisse faire jusqu’au jour fatidique du 27 octobre

En dépit des efforts conjugués de toutes les parties concernées, les négociations sociales semblent être dans l’impasse. Les lignes ne bougent pas à la satisfaction des syndicalistes. Depuis vendredi 20 octobre, le syndicat  menace de déposer un préavis de grève générale si le gouvernement ne fait pas avancer les négociations devant être clôturées ce 27 octobre 2023.

Selon le président de la Commission syndicale des négociations, Abdoulaye Barry, le point concernant les travailleurs à la CNSS (Caisse nationale de sécurité sociale) a focalisé les discussions de ce jour avec le patronat et le gouvernement. En raison du fait que, «ces travailleurs, lorsqu’ils partent à la retraite, même s’ils ont chacun un salaire de 100 millions francs guinéens , (ils ne peuvent) pas toucher même 2 millions 500 mille francs guinéens de ce montant, pendant que ces travailleurs cotisent à hauteur de 23 pour cent plafonné à 520 mille francs. Nous avons demandé à ce qu’ils aient 50 pour cent de leur dernier salaire, mais le Gouvernement ne veut pas nous comprendre.»

Sur ce point, le syndicaliste Barry note que les parties ont décidé de saisir le conseil d’administration de la Cnss afin que les primes des fonctionnaires à la retraite soient étendues sur 12 mois.

Le plan B des travailleurs

Quant au point relatif à l’acquisition de la carte grise dont le montant est passé de 500 mille à un millions de francs guinéens alors que les salaires n’ont pas connu une hausse, le syndicat estime que ce qui a été discuté au niveau de la fédération des transporteurs ne peut faire l’objet d’un protocole d’accord dans les négociations en cours.

De son côté, le gouvernement  promet de formuler de nouvelles propositions sur les 20 pour cent  déjà annoncés pour la hausse du salaire des travailleurs et en ce qui concerne le départ à la retraite de certains agents de la Fonction publique.

Face à la situation, le président de la Commission des négociations rappelle le plan B que les travailleurs avaient déjà demandé de prendre. Il s’agit de déposer un préavis de grève.

«Dès la semaine prochaine (le mouvement syndical) va se retrouver à la Bourse de travail pour essayer de voir comment convoquer une assemblée générale afin de prendre une décision qui sera vraiment celle de déposer un préavis de grève.» Il sera question de faire le compte-rendu à la Coordination générale du mouvement syndical, dirigée par Amadou Diallo, avant de prendre la décision de faire signer par les organisations syndicales et professionnelles un préavis de grève.

La plateforme revendicative du mouvement syndical a été présentée le 20 avril 2023. Les négociations ont commencé le 25 juillet.

Par Gordio Kane

Related posts

Tabagisme/Consommation de la chicha en Guinée : Ce fléau qui ronge les jeunes filles de Conakry et de l’Intérieur du pays

Diallo Tidian

Ne faites pas fi des bons souhaits des guinéens !

Diallo Tidian

Aux impôts, le travail forcé des samedis

Diallo Tidian