Vous êtes ici : Accueil » Blog » Une réflexion sur le chemin de l’indépendance de la Guinée : unissant les histoires avec la Sierra Leone
ActualitésAfriqueGuineePolitique

Une réflexion sur le chemin de l’indépendance de la Guinée : unissant les histoires avec la Sierra Leone

Voici une «Réflexion sur le chemin de l’indépendance de la Guinée : Unissant les histoires avec la Sierra Leone». Elle offre une exploration profonde du parcours de la Guinée vers l’indépendance, entrelacée de ses liens historiques et culturels avec la Sierra Leone. Il met l’accent sur le rejet résolu de la « Loi Cadre » de la France par la Guinée, un cadre législatif qui accordait une autonomie limitée tout en maintenant le contrôle colonial, et le rôle essentiel joué par le président Sékou Touré pour guider la Guinée vers l’autodétermination. Il met également en lumière les liens culturels durables entre la Guinée et la Sierra Leone, issus de leur passé colonial commun, de leurs luttes pour l’autonomie, et des perspectives de collaboration économique. Et la signification contemporaine de ce lien historique, détaillant l’impact des événements régionaux, tels que le conflit civil en Sierra Leone et les changements politiques en Guinée, sur les deux nations. Il souligne la nécessité de renforcer les relations diplomatiques, la coopération économique, et la promotion de la stabilité dans la région. Lisez !

Au cœur de l’Afrique de l’Ouest, se déroule une histoire captivante, celle du courage, de la détermination et de la défiance contre la domination coloniale. Aujourd’hui, alors que nous célébrons le remarquable parcours de la Guinée vers l’indépendance, nous nous trouvons non seulement à commémorer l’histoire, mais aussi à redécouvrir les liens culturels durables qui unissent la Guinée à sa nation voisine, la Sierra Leone.

En 1958, à peine deux ans avant que la vague de l’indépendance ne balaye de nombreux autres pays africains francophones, la Guinée a fait une déclaration audacieuse. Elle a fermement rejeté la « Loi Cadre » de la France, un cadre législatif qui accordait certains pouvoirs administratifs à ses colonies tout en leur refusant une indépendance totale. Dans le cadre de cet arrangement, la France conservait le contrôle sur des aspects critiques tels que les affaires étrangères, la monnaie et les affaires économiques, reléguant ainsi les colonies au statut de « partenaires juniors. »

Cependant, le rejet de la Loi Cadre par la Guinée n’était pas seulement un refus de la domination coloniale ; c’était une proclamation retentissante selon laquelle la Guinée aspirait à contrôler son destin. Lors d’un référendum historique, le peuple guinéen a massivement voté contre la colonisation française. Ce vote négatif a été orchestré par la branche guinéenne du Rassemblement Démocratique Africain (RDA), une coalition de partis politiques et de groupes d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique Centrale francophone. À cette époque de changements radicaux, Ahmed Sékou Touré est devenu une figure d’une importance immense. Communément appelé Sékou Touré, il est devenu le premier président de la Guinée, guidant la nation vers l’indépendance et favorisant un esprit d’autonomie en déclarant : « Nous préférons la pauvreté dans la liberté à la richesse dans l’esclavage. »

Ces mots puissants résument l’essence de la lutte de la Guinée pour l’autodétermination et la détermination de son peuple à forger son propre chemin, indépendamment des défis économiques. Ce choix mémorable découlait d’une croyance inébranlable en la véritable liberté, même face à l’adversité, dépassant toute forme de soumission, aussi séduisantes que puissent paraître les promesses de richesse.

Après avoir provoqué la France en déclarant son indépendance, la Guinée a dû chercher du soutien ailleurs pour entreprendre la construction de son économie naissante et de l’infrastructure nécessaire à la nation. Sékou Touré a immédiatement trouvé du soutien au Ghana, qui avait acquis son indépendance un an plus tôt. Touré et le président ghanéen, Kwame Nkrumah, sont devenus des amis personnels et des camarades dans la lutte panafricaine, plaidant pour l’indépendance d’autres États africains. La Guinée s’est également tournée vers l’ancienne Union soviétique pour obtenir du soutien, la transformant ainsi en un champ de bataille proxy chauffé pendant la Guerre Froide.

Il est essentiel de souligner que la Guinée et la Sierra Leone ont établi des relations diplomatiques le 20 octobre 1961, un moment crucial de leur histoire. À cette époque, M. Abdoul Karim, qui était l’ambassadeur de la Sierra Leone en Guinée, a présenté ses lettres de créance au président Sékou Touré. Il convient de noter qu’en 1961, la Guinée a joué un rôle crucial en tant que l’un des pays qui ont officiellement soutenu la candidature de la Sierra Leone à l’adhésion aux Nations Unies. Bien que les relations initiales entre les deux nations aient été quelque peu tendues en raison de leur alignement pendant la Guerre Froide, il est crucial de souligner que des améliorations significatives ont eu lieu plus tard, notamment après l’accession au pouvoir de Sir Albert Margai en Sierra Leone en 1964. Ce changement de leadership a ouvert la voie à la signature du Pacte de Défense Mutuelle en 1967, marquant ainsi une étape importante dans leur relation.

Alors que nous plongeons dans l’histoire de la Guinée et de ses liens culturels durables avec la Sierra Leone, gardons à l’esprit les mots du président Sékou Touré. Ils nous rappellent les sacrifices consentis et la résilience manifestée par le peuple guinéen dans sa quête de liberté. Ces mots résonnent également avec la lutte africaine plus large pour l’autodétermination et l’indépendance. De plus, il devient évident que la Guinée et la Sierra Leone partagent un passé colonial commun, tous deux façonnés par les puissances européennes, et leurs peuples ont enduré des luttes similaires pour l’autonomie. Ces fils historiques partagés ont donné naissance à des liens culturels, englobant des traditions, de la musique et des coutumes transmis de génération en génération.

Ces liens culturels soulignent le potentiel d’une collaboration accrue entre nos nations. La proximité de la Guinée et de la Sierra Leone offre une opportunité unique de coopération économique. Parmi ses pays voisins immédiats, ce sont les événements en Sierra Leone qui ont eu le plus grand impact sur la Guinée ces dernières années. Plus précisément, le conflit civil en Sierra Leone a eu des répercussions significatives sur la Guinée. Nous nous souvenons tous des conséquences de la guerre civile en Sierra Leone, qui ont non seulement déstabilisé la région, mais ont également entraîné un afflux massif de réfugiés en Guinée. Les défis posés par l’accueil de ces réfugiés et la gestion des conséquences de la guerre ont été des moments difficiles pour la Guinée. Réciproquement, l’instabilité politique récente pendant le régime d’Alpha Condé en Guinée a eu des répercussions similaires en Sierra Leone.

De plus, les crises économiques en cours en Sierra Leone ont également affecté la Guinée. Les fluctuations économiques dans un pays voisin ont des conséquences sur l’économie régionale, et la Guinée n’a pas été à l’abri des défis économiques auxquels est confrontée la Sierra Leone. Cela souligne à quel point les destins de la Guinée et de la Sierra Leone sont étroitement liés. Les défis et les opportunités qui se présentent à l’une de ces nations ont souvent un impact direct sur l’autre. C’est pourquoi il est d’autant plus crucial que nous travaillions ensemble pour renforcer nos relations, renforcer notre coopération économique et promouvoir la stabilité dans la région. En fin de compte, alors que nous réfléchissons à l’histoire de la Guinée et de la Sierra Leone, rappelons-nous que nos deux nations sont interdépendantes et que notre succès commun repose sur notre capacité à surmonter ensemble les défis. En continuant à renforcer nos liens et à promouvoir une collaboration positive, nous pouvons construire un avenir meilleur pour notre peuple et pour l’ensemble de la région.

De plus, l’une des façons cruciales d’améliorer les liens entre ces nations est de promouvoir des partenariats commerciaux et de réduire les barrières commerciales. Les deux nations ont à gagner économiquement de telles initiatives, qui renforceraient également leurs liens. Faciliter la libre circulation des biens et des personnes à travers les frontières est une autre étape essentielle. La simplification des procédures douanières et des passages frontaliers peut stimuler le commerce et l’activité économique tout en favorisant les échanges culturels et les contacts entre les personnes.

Au-delà du commerce, l’éducation, la recherche scientifique et les échanges d’étudiants servent d’axes vitaux pour renforcer la collaboration entre la Guinée et la Sierra Leone. En favorisant les partenariats académiques, en partageant les ressources de recherche et en encourageant la mobilité des étudiants, les deux nations peuvent contribuer au progrès éducatif et scientifique de l’autre. Cela renforce non seulement les liens bilatéraux, mais soutient également le développement du capital humain, favorisant l’innovation et la croissance économique.

En conclusion, alors que nous commémorons le remarquable parcours de la Guinée vers l’indépendance et célébrons les liens culturels durables entre la Guinée et la Sierra Leone, nous devons également reconnaître les complexités des relations contemporaines franco-africaines. Les problèmes découlant de l’héritage de la Loi Cadre et de la frustration face au néocolonialisme sont réels et ont un impact. Cependant, grâce à la coopération régionale, à l’engagement diplomatique et à un engagement partagé envers la souveraineté, la Guinée et la Sierra Leone peuvent contribuer à un avenir plus radieux et plus équitable. Enfin, alors que nous réfléchissons à cet héritage commun de résilience, renouvelons notre engagement à forger des liens plus forts, tant sur le plan culturel qu’économique, entre nos deux nations. Ensemble, nous pouvons façonner un avenir qui honore notre passé et ouvre la voie à la prospérité et au progrès.

Par Thierno Mohamadou Diallo

[email protected]

Egalement connu sous le nom de Chernor M. Jalloh (CMJ), Thierno Mohamadou Diallo est actuellement candidat au doctorat et chargé de cours spécialisé en gouvernance, gestion du secteur public et études de développement à l’Institut d’Administration Publique de l’Université de Sierra Leone (IPAM).

Auparavant, il a occupé des fonctions à l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry et à l’Université Général Lansana Conté de Sonfonia – Conakry (UGLC-SC), notamment en tant que Directeur de Programme et Directeur de la Bibliothèque Américaine.

Il est associé au Laboratoire d’Analyse Socio-Anthropologique de la Guinée (LASAG-UGLC-SC) et a été Boursier Fulbright avec des diplômes d’études supérieures en Politiques Publiques et en Administration Publique. Il est Senior Associate au CMDA-SL, un cabinet de conseil spécialisé dans la gestion des conflits et la recherche-action, et Rédacteur en Chef de la revue EXPO.

CMJ est dévoué au changement social, à l’analyse des politiques, au développement éducatif, avec des intérêts couvrant la gouvernance, la gestion des politiques publiques, l’égalité des genres, les affaires internationales, la diplomatie, la recherche et le développement, etc.

Related posts

Le président du parti « Guinée Moderne » arrêté à Conakry

Diallo Tidian

La demande de Cellou Baldé au chef de l’Etat : libérer les prisonniers, faciliter le retour de Cellou et Sidya

Diallo Tidian

Cette dérogation à l’interdiction de manifester

Diallo Tidian