Vous êtes ici : Accueil » Blog » Le ministre Alphonse Charles Wright rappelé (encore une fois) à l’ordre
ActualitésConakryGuineePolitique

Le ministre Alphonse Charles Wright rappelé (encore une fois) à l’ordre

Après l’Association des magistrats de Guinée (AMG) présidée par le juge Mohamed Diawara le 13 août 2022, c’est le tour du  Barreau de Guinée de rappeler à l’ordre le Garde des Sceaux, ministre de la Justice et des droits de l’homme.
Mais les avocats vont plus loin que les magistrats. «Le Barreau de Guinée, en guise de protestation contre les dysfonctionnements relevés, déclare le lundi 15 mai 2023 journée sans audience».
Dans sa déclaration, le bâtonnier Mamadou Souaré Diop écrit qu’«en dépit d’allégations répé-tées de violations de la loi et d’ingérences du politique dans le judiciaire, portées à sa connaissance par les avocats en charge de la défense de ces acteurs ainsi que les dénonciations de la presse, le Conseil de l’Ordre des Avocats a toujours choisi, nonobstant les critiques qui lui sont faites, de se tenir à équidistance des deux groupes d’avocats (partie civile et défense) intervenant dans ces procédures. Mais force est de reconnaître qu’au-delà de la position processuelle que peut occuper un avocat dans une affaire, les avocats sont unis par un certain nombre de principes qui transcendent leurs positions dans un procès donné et qu’ils ont le devoir impérieux de défendre en toutes circonstances. (…) Certains actes posés ces derniers temps par la justice guinéenne dans des dossiers concernant des acteurs politiques et de la société civile donnent l’impression que l’appareil judiciaire continue à être un instrument entre les mains des détenteurs du pouvoir politique.»
Les avocats des leaders du FNDC, constitués en collectif, contestent la procédure de libération provisoire dont ont bénéficié les leaders Foniké Man-gué, Ibrahima Diallo et Bella Bah dans le cadre du dialogue en cours mené sous les auspices des religieux.
En 2022, ils «avaient été arbitrairement arrêtées, jetées et maintenues en prison au-delà du délai de détention préventive et en violation manifeste des règles de procédure», rappellent les avocats qui exigent un procès juste et équitable dans lequel les droits des accusés Foniké Mangué, Ibrahima Diallo, Bella Bah et Cie «se-raient respectés pour que la justice et elle seule décide du sort du dossier, parce que force doit rester à la loi»
La méthode Charles Wright est mise à nu. Tout comme ses déclarations.
Dans une lettre ouverte publiée dans la presse, l’ancien bâtonnier, Amadou Thidjane Kaba,  dit regretter que le ministre chargé des Droits de l’homme assume la déclaration qui est la suivante: « Si c’est pour l’ap-plication de la loi que je dois « incendier » la Guinée.
«Non Monsieur le ministre !», proteste l’ancien bâtonnier de l’ordre des avocats de Guinée.
Me Kaba écrit au Garde des Sceaux «qu’il n’est nullement dans (ses) attributions d’appli-quer une loi» qui pourrait «met-tre en péril le pays».
Et de conclure: «lorsque l’application d’un texte se heurte à un contexte défavorable ce texte ne saurait s’appliquer. Et, ce, par le souci absolu de préserver l’Ordre Public. De surcroît faudra-t-il que la conformité ou la non conformité de cette loi dont l’application risque «d’incendier» la Guinée soit soumise à la Chambre constitutionnelle de la Cour Suprême»..

Par Diallo Alpha in Le Populaire du lundi 15 mai 2023

Related posts

L’événement «La Guinée au Zénith» reporté, pas annulé

Diallo Tidian

Affaire Air Guinée: Dalein Diallo à nouveau face à son destin

Diallo Tidian

Israël abandonne les poursuites criminelles contre le magnat Beny Steinmetz

Diallo Tidian