Vous êtes ici : Accueil » Blog » La sortie du premier ministre Mohamed Béavogui très mal interprétée à N’zérekoré et fait désormais l’objet d’une récupération politique…….
ActualitésGuineeGuinée ForestièrePolitique

La sortie du premier ministre Mohamed Béavogui très mal interprétée à N’zérekoré et fait désormais l’objet d’une récupération politique…….

En séjour à l’intérieur du pays plus précisément à N’zérekoré après le Conseil interministériel qu’il a présidé ce 24 mai à N’Zérékoré, le Premier ministre s’est rendu à la Maison régionale de la Jeunesse pour échanger avec les jeunes. Dans son intervention, Mohamed Béavogui a demandé aux jeunes de refuser de mourir pour quelqu’un et de ne mourir que pour eux-mêmes. Une référence faite certainement aux nombreux jeunes qui sont morts lors des différents conflits ethniques de la région administrative de N’zérékore….

L’on se rappelle encore des affrontements qui avaient opposé, entre les 15 et 17 juillet derniers des Guerzés , majoritaires en Guinée forestière, et des Koniankés. D’après une source policière de l’époque, tout était parti du passage à tabac, dans la nuit du 14 au 15 juillet, de trois jeunes Konianké par des gardiens guerzés d’une station-service de Koulé. Deux des jeunes ont trouvé la mort quelques heures plus tard, entraînant une série d’attaques et de représailles à coups de machette, hache, coupe-coupe, bâton, pierre et arme à feu, ainsi que des destructions d’édifices religieux et d’habitations.

Les tensions entre les Guerzés, le groupe ethnique majoritaire en Guinée forestière, et les Koniankés, membres du grand groupe mandingue originaire du nord du pays, perdurent depuis des années. L’on se rappelle encore des élections communales de 1991, lorsqu’une centaine de jeunes ont été tuées lors des  affrontements entre les deux communautés.

 Poursuivant son discours « Ce qui me fait mal au cœur, quand vous regardez les réseaux sociaux ou la télévision et que vous voyez des enfants mourir, des enfants brûlés, des enfants blessés, des maisons détruites. Ça fait mal, très mal quand vous êtes assis au milieu des étrangers, les gens se demandent pourquoi ça doit arriver ? Et qui sont les premières victimes ? Ce sont les jeunes qui sont les premiers blessés et qui meurent. Est-ce que vous allez accepter de continuer à vous faire tuer pour quelqu’un ? Sortez de ça. Ne mourez pas pour quelqu’un. Mourez pour vous-mêmes. Et vous-mêmes c’est votre avenir. Refusez qu’on vous envoie vous faire blesser, frapper ou tuer lors des affrontements ethniques  devenus récurrents dans cette ville de la Guinée profonde. Pensez à vous. Nous travaillerons ensemble et nous construirons ce pays avec ces jeunes ministres qui sont là », a déclaré le Premier ministre Mohamed Béavogui…..

Plus loin, il signifie aux jeunes que le 5 septembre est arrivé à cause d’eux, car, dit-il, il est là pour eux et avec eux : « Le Colonel est là pour vous et il est là avec vous. Il veut créer les conditions pour que vous puissiez avoir un pays normal, un pays qui a de l’eau, de l’électricité, des écoles, du téléphone, des maisons et des jeunes qui sont heureux. »

Aujourd’hui à travers ce discours certaines entités politiques cherchent à discréditer le premier ministre Mohamed beavogui  en portant atteinte à sa réputation, pourtant le sens du discours était très clair et surtout  à l’endroit d’une jeunesse en zone de conflit depuis 40 ans ……

Correspondance particulière de Abdouramane Sylla [email protected]

Related posts

La Politique sans Principe : Le Clivage Politique Guinéen et les Enjeux du Régime Militaire

Diallo Tidian

Hadja Mariama Djelo Diallo, miss Mathématiques 2023

Diallo Tidian

La presse guinéenne à l’épreuve de la Transition (Par Asmaou Barry)

Diallo Tidian